Une résidence en mode sociétaire

Devenir membre de la Colonie s’apparente à adhérer à une association qui mettrait à disposition ses infrastructures et services moyennant une cotisation annuelle.

Le modèle économique de la participation à la Colonie tient à la présence des deux structures qui la composent. Les ‘Colons’ détiennent des parts de la SCI propriétaire des lieux, et sont membres d’une association :

  • A la SCI, ils s’acquittent, lorsqu’ils disposent d’un appartement :
    • d’une indemnité d’occupation modeste (de 1.000 à 2.500€ par an, selon la surface)
    • d’une quote-part des impôts (taxe d’habitation, taxe d’enlèvement des ordures)
  • A l’Association ‘Le Ménage Sociétaire’, ils versent :
    • des quotes-parts qui correspondent aux frais communs (salaires et charges sociales des gardiens, indemnité d’occupation, électricité et chauffage des parties communes, assurance, etc.), à hauteur de 660€ par trimestre.
    • les frais liés à leur fréquentation de la Colonie (repas, chambres mises à disposition de leurs invités, électricité de leur appartement, etc)

Le budget indicatif annuel pour un célibataire qui louerait une chambre est d’environ 4.000 € par an. Le budget pour une famille louant un appartement de 40m² est d’environ 9.000 € par an. Le principe de mutualisation des coûts permet de faire baisser ce budget, en lien avec un plus grand nombre de Colons.

Une formule de découverte (dite du ‘Colon Associé’) offre des réductions importantes sur les 3 premières années.

Au moment de leur élection, les nouveaux colons doivent en outre s’acquitter d’un droit d’entrée (900€) et acquérir un minimum de 2 actions de la SCI, actuellement au prix de 308€ l’unité.

Ainsi, à l’inverse de l’acquisition d’une résidence secondaire, la Colonie permet d’accéder à un domaine exceptionnel doté de services complets pour un budget annuel raisonnable, sans avoir besoin de mobiliser initialement une forte somme d’argent.

Etre membre de la Colonie s’apparente ainsi plus à un usage et un engagement qu’à de la co-propriété ou de la multi-propriété. En cas de succession, la SCI veille à exercer une préemption des parts afin de les proposer aux Colons actuels, plutôt qu’aux héritiers.

Les commentaires sont fermés